Lecture du moment en français: Le Dieu du carnage

Vendredi lecture! Cette semaine, je vous recommande ce livre étudié récemment avec des élèves de lycée: Le Dieu du carnage, par Yasmina Reza.

Il s’agit d’une pièce de théâtre moderne et divertissante. C’est très facile et agréable à lire dès le niveau A2.2 / B1.

La situation de départ est simple: 2 couples de parents se réunissent suite à une bagarre entre leurs enfants afin de régler la situation à l’amiable. Mais au lieu de trouver une solution, l’atmosphère va petit à petit se dégrader; la situation va dégénérer et le vrai caractère de chacun va être révélé!

L’avantage d’un texte de théâtre contemporain: l’accès à un français oral! En effet, les paroles des personnages sont très authentiques et vous allez apprendre des nouveaux mots de français familier et des expressions idiomatiques. Sans oublier l’aspect culturel.

Autre avantage: quand les théâtres rouvriront, vous pourrez aller voir la pièce jouée sur scène! En attendant, vous trouverez sur internet une captation du spectacle.

Jeudi, je dis: « ça marche! »

La phrase « ça marche » est peut-être l’une des expressions idiomatiques les plus courantes en français familier. Elle peut signifier plusieurs choses et s’utiliser dans des situations diverses:

Pour demander une approbation/confirmation, pour accepter quelque chose:

« -Viens avec les enfants et apporte tes boules de pétanque, ça marche?

-ça marche! »

Ici, l’expression pourrait être remplacée par « c’est OK! », « d’accord ».

Pour demander comment se déroule quelque chose:

« Ton entreprise, ça marche? » = Ton activité fonctionne/ Comment ça se passe? / Est-ce que tout va bien?

Pour demander ou expliquer comment fonctionne un objet ou un service:

« Comment ça marche? » = Comment cela fonctionne?

« ça marche à l’énergie solaire » = Cela fonctionne grâce à l’énergie solaire.

« ça ne marche pas… » = Cela ne fonctionne pas

Laissez vos questions en commentaire, ça marche?

L’astuce de la semaine: Bien ou bon?

à retenir: BIEN est toujours invariable et ne change jamais. BON s’accorde en genre (féminin ou masculin) et en nombre (singulier ou pluriel).

« Bien » exprime un jugement de valeur, moral. Il est synonyme de « correct », « conforme », « juste ». Le contraire de « bien » est « mal ».

« Bon » exprime un jugement basé sur le goût. Il est synonyme de « agréable », « délicieux », « doué » ou même « gentil ». Le contraire de « bon » est « mauvais ».

Attention! Pour le superlatif, on ne dit pas « plus bon » mais « meilleur ». On ne dit pas « plus bien » mais « mieux ».

« Bon » et « bien » servent aussi à ponctuer votre discours à l’oral.

Pourquoi dit-on « LA France » mais « LE Canada »?

Image libre Pixabay

La Chine, le Venezuela, le Texas, la Sibérie… Et oui, les noms de pays ont un genre en français!

Le nom est soit masculin, soit féminin, et presque toujours singulier. Quelques noms de pays/régions/état sont au pluriel: les Emirats arabes unis, les Philippines, par exemple.

Il existe une règle facile pour mémoriser le genre du nom:

Si le nom termine par la lettre « e », il est féminin.

Exemples: la Pologne, la Californie.

Les noms de continent en français sont tous féminins. Ils commencent par une voyelle donc on fait l’élision du A devant la voyelle: l’Afrique, l’Asie, l’Europe

Cette règle est valable sauf pour 4 pays (le Cambodge, Mexique, le Mozambique et le Zimbabwe).

Pour comprendre pourquoi il en est ainsi, je vous invite à lire ce court article sur le sujet:

Attention, cette règle ne fonctionne que pour les noms de pays/régions. Si vous voyez un mot en français qui se termine par un « e », il n’est pas toujours féminin! Exemples: un arbre, un livre.

Lecture du moment en français: « Coquelicot »

Aujourd’hui c’est la journée internationale du livre et du droit d’auteur mais pour moi c’est la fête du livre tous les jours!

Je suis une grande lectrice depuis toujours. Je lis en français, en anglais, en espagnol, en bulgare… sur papier, sur liseuse électronique et j’écoute même des livres audios dans les transports. Mes longues études universitaires littéraires m’ont donné le goût des mots.

Le Goût des mots, c’est le nom d’une collection d’ouvrages que j’aime beaucoup, dirigé par l’écrivain Philippe Delerm. J’en possède plusieurs titres dont Coquelicot et autres mots que j’aime par la regrettée amoureuse et chanteuse des mots, Anne Sylvestre.

Dans ce livre que je suis en train de terminer, Anne Sylvestre dresse un inventaire de ses mots préférés et explique pourquoi elle les aime. Parfois, c’est pour leur sonorité, parfois c’est pour leur image mais souvent ces mots lui évoquent des souvenirs.

Si je devais choisir les mots que j’affectionne tout particulièrement, ce serait ceux-là:

papillon (en français) / spoon (en anglais) / maravilla (en espagnol) / катчамак (« katchamak » en bulgare)

Et vous, que lisez-vous actuellement? Quels sont vos mots préférés en français?

Jeudi, je dis: « Tu t’en sors? »

JEUDI, JE DIS! Chaque jeudi, découvrez un mot ou une expression en français familier!

Chaque semaine, un exemple de français authentique et actuel à utiliser, à l’oral ou à l’écrit, dans la plupart des situations de la vie courante.

Aujourd’hui, c’est une locution couramment utilisée par les Français et les francophones natifs au quotidien: « Tu t’en sors? »

TU T’EN SORS?

« S’en sortir » est la contraction de « Se sortir de la situation ». On peut utiliser cette expression sur le mode interrogatif pour demander comment la personne gère la situation:

Ils s’en sortent avec les travaux?

Comment vous vous en sortez?

La question peut avoir une valeur ironique:

Tu t’en sors ou j’appelle les pompiers?

On peut l’utiliser sur le mode affirmatif ou exclamatif pour souligner que l’on maîtrise très bien la situation ou pour féliciter quelqu’un:

Vous vous en sortez très bien!

Mon fils s’en sort très bien à la fac.

On va, au contraire, employer la forme négative pour insister sur le fait que l’on éprouve des difficultés ou pour émettre des doutes sur les capacités de quelqu’un à faire face à un problème:

Je ne m’en sors pas.

Elle ne va jamais s’en sortir avec 3 bébés en même temps!

Au futur, la locution peut permettre de motiver et d’encourager:

Tu vas t’en sortir, ne t’inquiète pas.

Si nous unissons nos efforts, nous nous en sortirons.

Au passé, cela permet de faire un bilan:

ça n’a pas été facile mais je m’en suis sorti.

Et vous, vous vous en sortez comment en français?

En bonus, une chanson de Julie Zenatti qui utilise cette locution: « Si je m’en sors.« 

L’expression de la semaine: voler de ses propres ailes

La langue française aime beaucoup les animaux, en particulier les oiseaux! Il existe de très nombreuses expressions avec les mots « oiseau », « aile », « bec », « plume » ou encore « nid »!

Peut-être connaissez-vous un drôle d’oiseau (une personne un peu étrange)?

Ou bien un oiseau rare (une personne très spéciale)?

Chez Groupetude, en vous prenant sous notre aile, nous vous aidons à faire votre nid, petit à petit puis à voler de vos propres ailes… sans vous faire plumer, sans prise de bec et sans y laisser des plumes!

Prendre sous son aile = protéger, aider, accompagner

Petit à petit, l’oiseau fait son nid = à force de patience, on peut progresser pas à pas

Voler de ses propres ailes = agir de façon autonome, être indépendant(e)

Se faire plumer = se faire voler, être victime d’une escroquerie

Une prise de bec = une dispute, une altercation

Y laisser des plumes = ne pas sortir indemne d’une situation

Pour découvrir d’autres expressions avec des noms d’oiseaux, vous pouvez faire ce petit quiz en ligne!

Visites virtuelles des musées et monuments français depuis votre canapé

Photo de cottonbro provenant de Pexels

Compte tenu du contexte sanitaire, les musées et autres sites culturels accueillant du public sont actuellement fermés en France.

On reste dans l’attente d’une date de réouverture (prochaine, on l’espère!) des galeries, châteaux et autres grottes que compte le territoire.

Si, comme moi, vous vous ennuyez parfois et que découvrir des vieilles pierres ou des collections d’art vous manque, je vous propose de visiter les hauts lieux du patrimoine culturel français en ligne, où que vous soyez!

Même si rien ne vaut une visite des lieux en présentiel, je dois avouer que les ressources proposées permettent tout de même une certaine immersion et sont riches de commentaires. Les avantages: la visite virtuelle est gratuite, il n’y a aucun touriste et vous pouvez explorer chaque salle ou œuvre à votre rythme!

La plateforme Google Arts & Culture recense la plupart des sites touristiques français et vous permet d’accéder aux expositions mais aussi de faire une visite à 360 degrés. Vous pouvez ainsi admirer le panorama du haut de la célèbre Tour Eiffel sans avoir à faire la queue ou encore arpenter la magnifique Galerie des glaces du Château de Versailles sans risquer de casser quoi que ce soit!

Le site de la grotte Chauvet vous propose une visite guidée pour découvrir, salle après salle, l’une des plus belles grottes ornées au monde. Cette visite s’accompagne d’une vidéo « 360° » commentée disponible sur Youtube mais aussi Steam pour ceux qui seraient équipés d’un casque de réalité virtuelle.

Plongez dans la piscine de Roubaix! Cette immersion vous permet de découvrir ce lieu reconverti en musée; doublement intéressant de par son architecture Art déco mais aussi de par les collections qu’il abrite.

Qui a dit que la maison de Monet était fermée? Vous pouvez toujours y entrer, il vous suffit de cliquer sur le lien pour découvrir le havre de paix du peintre.

Sur ce, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne visite! Dites-moi en commentaire quel endroit vous avez préféré.

L’astuce de la semaine: é ou è?

Selon les régions, la prononciation peut varier, mais l’orthographe reste la même!

L’accent aigu se place uniquement sur la lettre « e » en français, alors que l’on peut trouver un accent grave sur les voyelles « a » et « u » (ce qui ne modifie pas leur son).

Une prochaine fois, nous parlerons de l’accent circonflexe qui permet de distinguer des mots homonymes et qui peut également être le témoin d’une lettre disparue.

Le français dans le monde

Image Tima Miroshnichenko via Pexels

Nous sommes le 20 mars aujourd’hui, c’est la journée internationale de la langue française! Cet événement, célébré dans le monde entier, est aussi l’occasion de promouvoir l’apprentissage du français et de rappeler sa place dans le monde. Voici un rapide état des lieux de la francophonie:

Le français est la 5e langue mondiale avec plus de 300 locuteurs dans le monde! Et ce nombre est en constante augmentation! Bien entendu, le mandarin est numéro 1 (du fait du nombre de natifs de la langue en Chine principalement). Ce que je trouve admirable, c’est que le monde entier parle français! C’est une véritable langue véhiculaire parlée sur les cinq continents.

Le français est une langue de travail, c’est la langue officielle de nombreux pays et de la plupart des organisations internationales en plus d’être une des langues de la diplomatie.

Plus de 130 millions de personnes étudient le français à travers le monde grâce à un réseau international de professeurs de FLE, d’écoles et de filières universitaires francophones.

Le français est ainsi la 2e langue la plus apprise en tant que langue seconde ou étrangère (après l’anglais.)

C’est sur le continent africain que le français progresse le plus rapidement. Près de 60% des personnes parlant le français au quotidien vivent en Afrique.

Parler français donne accès à une multitude de ressources culturelles et scientifiques, et pour beaucoup c’est la chance d’accéder à des formations et des emplois de qualité. Les cultures francophones sont riches et toujours en plein essor.

L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) regroupe 88 états membres et, depuis sa création en 1970, met en œuvre, via ses différents acteurs, une politique de coopération culturelle, éducative et économique pour promouvoir le français mais aussi la diversité linguistique, les droits de l’Homme, l’accès à l’éducation ou encore le développement durable.

Vous aussi, rejoignez la communauté des francophones sans frontières!

Vous pouvez découvrir les actions de l’OIF et en apprendre davantage sur le poids de la langue française dans le monde en visitant le site www.francophonie.org.