Nous avons tendance à penser que dès qu’il s’agit de quelque chose qui nous demande de l’effort, on est forcément ‘nul’, or, quasiment tout demande de l’effort d’une manière ou d’une autre.

Quand les gens découvrent que je suis trilingue, et que je leur parle de l’apprentissage d’une autre langue, ils me disent : ouais mais c’est facile pour vous car vous êtes douée. Vraiment ?! Non, pas de tout, je ne suis pas douée. Le polonais, j’ai appris car c’était la langue que parlait ma famille. Bon, là-dessus, pas trop de choix, surtout quand on est bébé. L’anglais, j’ai appris car, encore une fois, pas de choix; mes parents ont décidé quand j’étais très très jeune, de déménager au Canada. Jusqu’ici, on est d’accord, qu’il n y a rien de ‘talentueux’ dans mon parcours. Maintenant pour le français.

scenic view of city
Photo by James Wheeler on Pexels.com

J’apprend le français depuis l’âge de 6 ans. Au Canada, un pays bilingue, on y est obligé. Par contre, entre 6 et 22 ans, où j’ai passé 15 ans à essayer d’apprendre cette langue, j’arrivais à peine à m’en sortir quand je voulais commander un café dans un restaurant. Voilà, on peut dire que je ne suis vraiment pas douée, si j’ai passé 15 ans à apprendre une langue sans résultats.

Donc, comment se fait-il qu’aujourd’hui j’arrive même à écrire des articles entiers en français ? Eh ben, quand je suis arrivée en France en 2008, à 22 ans, j’ai travaillé très très dur; j’ai passé des mois à fréquenter des personnes et aller en soirée où je ne comprenais et ne disais RIEN, or, j’adore parler. Je me suis mise à la lecture en français, avec un petit dictionnaire électronique posé sur mon livre (c’était encore les jours avant la démocratisation des smartphones et des liseuses électroniques); je me suis forcée à parler uniquement en français même avec des personnes qui parlaient parfaitement l’anglais, car je savais qu’il fallait que je pratique; j’allais aussi à l’école pour apprendre, le CUEFA à Avignon, et je faisais des exercices, j’écrivais, je passais des tests… Bref, j’ai bossé, je me suis concentrée comme jamais, et je continue d’apprendre.

Donc, voyez-vous, il n y a rien de naturel dans l’apprentissage d’une langue. Il y a, parfois, des facilités de prononciation. J’admets que même si j’ai un accent quand je m’exprime en français, après beaucoup de pratique et peut-être un peu grâce à mes deux autres langues, je n’ai pas énormément de difficultés à prononcer les mots en français. Cependant, ces facilités là pourront uniquement vous donner un coup de pouce dans l’apprentissage, elle n’apprendront pas pour vous.

Ma conclusion est donc celle-ci : les français ne sont pas plus nuls que les autres en langues étrangères, mais avec une attitude aussi défaitiste et sans être exposés aux autres langues, tel que l’anglais, par exemple, comment voulez-vous apprendre ?

wood man people desk
Photo by Thirdman on Pexels.com

Ce n’est pas que les scandinaves, les allemands, les polonais ou les tchèques sont plus doués que les français, c’est que dans ces pays, l’anglais existe plus naturellement. Les enfants regardent leurs séries américaines en anglais, les adultes aussi; puis avec la pop culture, la musique, la communication, etc., tout devient plus simple.

Si vous avez vraiment envie d’apprendre une langue étrangère, la première chose à faire c’est de vous enlever de la tête que vous n’êtes pas doué. Ensuite il faut s’exposer à la langue, puis il faut travailler, pratiquer et s’acharner pour le faire. Trouvez des activités que vous appréciez, à faire dans votre langue cible, et faites les. Il n y a pas de raccourcis, il faut s y mettre.

*Si vous avez besoin de conseils ou les cours que propose mon école vous intéressent, n’hésitez pas à me contacter!

Laisser un commentaire